dimanche 16 décembre 2012

Un crime (encore) trop parfait: Un café maison de Keigo Higashino

Voici donc le dernier roman d'Higashino traduit en français, rapidement remonté tout en haut de ma PAL après ma lecture du "Dévouement du suspect X".



(Vous prendrez bien une tasse de thé?)
Un café maison
Keigo Higashino
Editions Actes Sud

L'histoire:



Yoshitaka et Ayané sont mariés depuis un an. Lui chef d'entreprise, elle artiste, ils forment un couple aisé et heureux, tout du moins en apparence. Car au bout de cette année de vie commune, ils n'arrivent toujours pas à avoir un enfant, le souhait le plus cher de Yoshitaka. Ce dernier annonce donc à sa femme qu'il souhaite la quitter pour une autre, avec qui il espère pouvoir fonder une famille.
Quelques jours plus tard, Yoshitaka est retrouvé mort chez lui, une tasse de café à la main, empoisonné à l'arsenic. Sa femme est évidemment soupçonnée, sauf que celle-ci, choquée par l'annonce de rupture, était partie chez ses parents et n'était donc pas présente au moment des faits. Qui plus est, impossible pour les policiers de déterminer comment le poison a pu être introduit dans le café de la victime.
L'inspecteur Kusanagi va donc mener l'enquête et tenter de résoudre ce crime apparemment parfait, aidé par sa jeune collègue Kaoru, et le brillant professeur de physique Yukawa.
"Je t’aime du plus profond de moi-même. Ce que tu viens de me dire m’a transpercé le coeur. Maintenant, je veux que, toi aussi, tu meures. "

Mon avis:


On reprend les mêmes ingrédients et on recommence: un meurtre d'apparence insoluble, un suspect presque évident, mais à l'alibi imparable, et une tragique histoire d'amour en filigrane. On retrouve aussi les deux principaux enquêteurs du Dévouement du suspect X: l'inspecteur Kusanagi et son ami le professeur Yukawa. Higashino nous offre donc à nouveau un roman à énigme où la question n'est pas tant: Qui a commis le crime?, mais: Comment a-t-il fait?

Avec ce "Café maison", nous repartons pour une plongée en profondeur dans la société japonaise, avec notamment un aperçu assez édifiant sur la position des femmes. On y retrouve cette atmosphère si caractéristique, froide, toute en retenue et en subtilité. Ici, pas de violence sanguinolante, pas de rebondissements intempestifs, mais une investigation lente, fouillée et bien ficelée. Higashino nous balade d'une fausse piste à une autre, les discréditant l'une après à l'autre par l'intermédiaire du professeur de physique à la logique imparable. Nous tenant en haleine jusqu'au dénouement, plutôt surprenant (mais un peu décevant comparé à l'ingéniosité de celui du "Dévouement du suspect X"), je ne peux que recommander ce polar si différent de ce à quoi nous a habitués les littératures américaine et suédoise du genre.

En espérant également qu'Actes Sud continue sur sa lancée et publie les autres romans de cet auteur (dont le succès au Japon a même donné naissance à une série télévisée)!
 

Note: 8/10


Salsifi Papillon

dimanche 9 décembre 2012

Week-end à la ferme: Le Mec de la tombe d'à côté de Katarina Mazetti

C'est avec ce court roman que j'ai démarré le challenge "Je t'aime, moi non plus". Encensé par la critique, réputé décalé et plein d'humour, je me suis dit que je débutais avec une valeur sûre.
Et puis, en démarrant la lecture, j'ai eu une furieuse sensation de déjà-vu. Et pour cause, j'avais vu il y a quelques années l'adaptation cinématographique du roman: Grabben i graven brevid. Je l'avoue, j'ai pris un peu peur, tous mes préjugés sur le roman d'amour me sont revenus, car je me suis souvenue de ce film vu entre deux Ingmar Bergman en cours de suédois:


En bref, un truc assez niais, aux protaganistes ultra stéréotypés et plutôt têtes à claques, comme le laisse présupposer l'affiche digne de L'Amour est dans le pré. J'ai donc croisé les doigts pour que le roman soit moins mièvre et plus drôle que la version ciné (pas trop difficile en même temps). Mais passons donc au livre:



(Le mec de la tombe d'à côté... ou pas)
Le Mec de la tombe d'à côté
Katarina Mazetti
Editions Actes Sud

L'histoire:



Depuis le décès de son époux, Désirée, bibliothécaire d'une trentaine d'années, se rend quasi quotidiennement sur la tombe de son défunt mari, plus pour le fustiger que pour le pleurer. Benny, agriculteur, visite quant à lui la tombe voisine, celle de ses parents. Tous deux s'observent, chacun fulminant sur la présence de l'autre lors de leurs moments de recueil. Et puis un jour, ils vont finir par communiquer, à leur manière, et ce sera le coup de foudre. Mais comment concilier leurs univers si différents?

"Et j'étais tombé amoureux d'elle.
Ce n'était pas exactement un déclic. Plutôt comme quand je touche la clôture électrique sans faire gaffe. "

Mon avis:


A vrai dire, j'ai lu ce roman en deux fois, donc je ne vais pas dire le contraire: c'est fluide, distrayant, ça se lit vite. Bonne idée que la différenciation des points de vue des protagonistes, un brin d'humour avec quelques bons mots (au début du moins, après ça tombe vite à l'eau), un poil de cynisme, globalement un style plutôt frais et agréable.

Difficile par contre d'être positive quand on en vient à l'histoire elle-même. Malgré un titre accrocheur qui laisse présager une certaine originalité, l'intrigue est très convenue: on est dans le bon vieux thème vu et revu de la romance entre deux personnes que tout devrait opposer. Soit, si ce n'était que ça. Mais Mazetti en fait trop et tombe dans les clichés faciles (pas autant que dans le film tout de même!). Nous avons donc l'agriculteur bourru qui cherche une femme sachant s'occuper de sa maison, et la bibliothécaire coincée qui sent son horloge biologique s'agiter. Il est aussi compliqué de s'attacher à ces deux protagonistes, paumés, indécis, difficiles à suivre tant leurs états d'âmes et les rebondissements de leur relation semblent incohérents et manquent de crédibilité. Et en y ajoutant un dénouement qui laisse un sentiment d'inachevé et des scènes d'amour plutôt lourdingues, je ne peux qu'exprimer une certaine incompréhension face au succès phénoménal qu'a pu avoir ce livre.

En conclusion, ce premier pas vers le genre de la romance est donc une déception pour moi, et n'est sûrement pas LE livre qui me fera apprécier cette littérature et abandonner mes a priori. Mais je ne désespère pas, prochaine lecture pour ce challenge: Les Amants du Spoutnik d'Haruki Marukami!

 

Note: 3/10


Salsifi Papillon

Voyage au bout de la Terre du Milieu: Bilbo le Hobbit de J.R.R. Tolkien

Il fallait bien que ce billet arrive, l'adaptation cinématographique sortant dans quelques jours à peine. Et puis bon, après tout, c'est quand même aussi un peu là qu'il faut chercher l'origine du titre de ce blog, non?



A vrai dire, c'est à l'âge de 9 ans que j'ai découvert "Bilbo le Hobbit", lecture imposée à l'école primaire, dont je ne gardais pas un souvenir mémorable, loin de là (la faute, à mon avis, à un vocabulaire trop soutenu pour un enfant de cet âge, qui m'a empêchée de vraiment rentrer dans l'histoire).
A peine une paire d'années plus tard, je me suis toutefois lancée dans la lecture de la trilogie du "Seigneur des Anneaux" dont la richesse de l'univers m'a réellement subjuguée. Fervente admiratrice de Tolkien, j'ai pourtant continué à refuser de me replonger dans l'histoire de "Bilbo le Hobbit", jusqu'à cette année et la sortie imminente du film (presque) éponyme. Et quelle redécouverte...


(Nouvelle édition collector de poche)
Bilbo le Hobbit
J.R.R. Tolkien
Editions Le Livre de Poche

L'histoire:



Nous suivons Bilbo Baggins, hobbit à la petite vie bien tranquille, qui va pourtant être bien vite perturbée par l'arrivée chez lui d'un magicien, Gandalf, et de toute une tripotée de nains. Bilbo a en effet été présenté par le magicien comme un cambrioleur, exactement ce que recherchent les nains pour subtiliser leurs trésors perdus des griffes du dragon Smaug. Bilbo se retrouve donc entraîné bien malgré lui dans un voyage extraordinaire, qui le mènera à la rencontre, entre autres, de trolls, d'elfes de la forêt, mais aussi d'une drôle créature à qui il dérobera un étrange anneau de pouvoir...

"Vous êtes une personne très bien, monsieur Baggins, et je vous aime beaucoup, mais vous n'êtes, après tout, qu'un minuscule individu dans le vaste monde. "

Mon avis:


Récit aux créatures fantastiques et personnages hauts en couleur, Bilbo le Hobbit est toutefois bien loin d'être un simple livre pour enfants. Dépourvu de toute mièvrerie, le roman nous fait voyager dans un univers déjà extrêmement riche, souvent gorgé de magie et d'onirisme, mais parfois aussi bien plus sombre, voire même presque empreint de cynisme par moments! L'aventure de Bilbo est captivante et l'on suit avec plaisir son parcours, où il prouve à chaque fois un peu plus qu'un petit être peut apporter beaucoup plus que ce que l'on pourrait penser. Et bien sûr, tout cela est conté avec tout le talent de Tolkien.

Une lecture donc très agréable, pleine de rebondissements et d'humour, qui plaira à petits (mais pas trop!) et grands, et qui ne laisse donc que d'autant plus d'attentes quant à l'adaptation cinématographique. Même si je suis une inconditionnelle de Peter Jackson, je reste toutefois dubitative à l'idée de voir un roman de moins de 400 pages divisé en 3 films de plus de 2h30... Et la dernière bande-annonce (voir plus haut) montrant l'apparition de personnages du SDA n'ayant normalement rien à voir avec cette histoire n'est pas pour me rassurer.
Verdict la semaine prochaine!
 

Note: 10/10


Salsifi Papillon

samedi 8 décembre 2012

Challenge: Je t'aime, moi non plus

Soyons clairs, les histoires à l'eau de rose, ce n'est pas du tout mon truc. Pas romantique pour un sou, ce n'est pas un hasard que mes lectures aillent plutôt chercher du côté de l'horreur ou du thriller que de la romance. Je n'ai pourtant rien contre les histoires d'amour qui sont souvent en filigrane dans mes genres de prédilection, du moment qu'elles ne tombent pas la mièvrerie. Et je sais que je passe à côté d'une littérature qui a certainement beaucoup à proposer, même pour les réfractaires de mon acabit. Alors, quand j'ai vu le challenge de Rorobouquine sur Babelio, j'ai décidé d'essayer de mettre au placard mes a priori, et de tenter le coup.



Alors c'est parti pour ce challenge "Je t'aime, moi non plus" qui nous propose de lire durant un an un nombre plus ou moins important de livres appartenant à ce genre qu'est la romance. Différentes catégories sont proposées:

Catégorie 1 : Je t'adore : 10 livres
Catégorie 2 : Embrasse moi : 20 livres
Catégorie 3 : Je t'aime : 35 livres
Catégorie 4 : Déshabillez moi : 50 livres
Catégorie 5 : Pour la vie : Plus de 50 livres


Bon, comme il ne faut peut-être pas pousser non plus, j'ai choisi de m'inscrire dans la 1ère catégorie "Je t'adore", et j'ai commencé à établir ma liste.



1°) Le Mec de la tombe d'à côté - Katarina Mazetti 
2°) Les Amants du Spoutnik - Haruki Murakami

3°) Confessions d'une accro du shopping - Sophie Kinsella
4°) Orgueil et Préjugés - Jane Austen
5°) Lolita - Vladimir Nabokov
6°) Jane Eyre - Charlotte Brontë
7°) La Mécanique du coeur - Mathias Malzieu
8°) Un long dimanche de fiançailles - Sébastien Japrisot
9°) ...
10°) ... 


Je n'ai donc pas pris trop de risques, et c'est avec un certain nombre de classiques que je vais m'atteler à la découverte  du genre.
1er verdict à venir après ma lecture en cours: "Le Mec de la tombe d'à côté"!

Un crime trop parfait: Le Dévouement du suspect X de Keigo Higashino

Et voilà à nouveau un roman japonais qui a trouvé le chemin de ma PAL, mais un polar cette fois.


(La totale Higashino en français)
Le Dévouement du suspect X
Keigo Higashino
Editions Actes Sud

 L'histoire:


Igashimi, brillant professeur de mathématiques, est amoureux de sa voisine, Yasuko, divorcée, qui vit seule avec sa fille Misato. Préférant taire ses sentiments, Igashima n'a que très peu de contacts avec Yasuko. Tout bascule le jour où l'ex-mari de cette dernière, colérique et violent, rend visite à celle qu'il considère toujours comme sa femme, et s'en prend à sa fille. S'en suit la mort accidentelle de l'agresseur. Igashima a tout entendu et propose son aide pour faire disparaître le corps. Yasuko accepte. Lorsque le cadavre finit par être retrouvé, la police commence son enquête, aidée par Yukawa, ami d'un des inspecteurs, mais aussi professeur de physique et ancien camarade d'Igashimi, qui va vite suspecter qu'il y a plus à voir qu'il n'y paraît...

"Il n'y a pas d'engrenage inutile en ce bas-monde et l'engrenage décide seul à quoi il peut servir..."

Et mon avis:


"Le Dévouement du suspect X" est le deuxième polar d'Higashino que je lis, après "La Maison où je suis mort autrefois", qui avait été une excellente découverte. Et c'est à nouveau un polar très original que nous offre l'auteur.

Ici, on connaît dès le départ les circonstances du meurtre, et l'assassin a déjà un visage. Le lecteur suit donc les enquêtes parallèles de la police et du prof de physique en ayant parfaitement connaissance de ces éléments et, presque complice, en pensant tout savoir de la parfaite stratégie d'Igashimi pour tromper la police et éloigner les soupçons qui pourraient se porter sur sa chère voisine. C'est ainsi qu'on assiste avec délice au duel à la fois subtil et intense d'intellects qui se joue entre les deux professeurs, et qui va finir par dévoiler qu'on n'en savait peut-être pas tant que ça...
Intelligent et bien ficelé jusque dans son surprenant final qui nous dévoile la solution de l'énigme, ce polar est également le récit d'une étrange histoire d'amour unilatérale, parfois inquiétante, mais aussi touchante dans son dénouement. Higashino nous prouve ainsi son talent aussi bien construire une intrigue sans faille que des personnages humains et attachants.

Une vraie réussite!

Note: 9/10


Salsifi Papillon

jeudi 6 décembre 2012

Japanese Horror Story : Ring de Koji Suzuki

Bon, disons-le, je suis une inconditionnelle du cinéma d'horreur asiatique. Et l'un de mes premiers coups de coeur dans le genre, le premier même, c'était Ring d'Hideo Nakata. J'ai depuis vu suites, préquelle et remakes, mais je ne m'étais jamais lancée dans la lecture du roman à la base de la saga. Et puis un jour...

(Photo racoleuse avec un chat)
Ring 
Koji Suzuki
Editions Fleuve Noir

Alors, de quoi ça parle finalement? 


Asakawa Kazayuki , journaliste, enquête sur la mort de 4 jeunes gens, tous décédés exactement à la même heure de ce qui semble être un arrêt cardiaque. Asakawa ne tarde pas à remonter jusqu'à une mystérieuse cassette vidéo dont le message est très clair: après 7 jours, si le spectateur ne suit pas les instructions données, il mourra. Sauf que le passage dévoilant ces fameuses instructions a été effacé... C'est donc dans une course contre la montre que se lance Asakawa, aidé par son ami d'enfance Ryuji, qui le mènera sur la piste d'une inquiétante femme: Sadako Yamamura.

"Les démons apparaissent sous des formes différentes à chaque époque. On a beau essayer de s'en débarrasser, ils reviennent toujours."

Et ce que j'en ai pensé?


 Malgré quelques différences parfois notables avec les films, la trame du récit reste évidemment plutôt similaire, et j'ai été ravie de retrouver cette histoire si originale sous un autre angle. S'éloignant de la traditionnelle histoire de fantôme comme décrite dans le film éponyme, Suzuki prend le parti pris d'un contexte pseudo-scientifique inédit et plutôt rafraîchissant dans ce genre de l'Horreur où les poncifs éculés sont légions. Le style plutôt quelconque (il est vrai, peu aidé par la traduction hasardeuse et les innombrables coquilles) n'enlève rien à l'intensité de l'atmosphère glaçante qui se construit au fil du roman. Suzuki nous tient en haleine d'un bout à l'autre, nous en apprenant toujours un peu plus sur l'angoissante Sadako et la malédiction qui l'entoure.
Le final laissant comme il se doit la porte ouverte à une suite, il est plus que probable que je me lance rapidement dans la lecture du second tome de la saga, "Double Hélice"!

Note: 8/10


Salsifi Papillon

mercredi 5 décembre 2012

Bienvenue à tous sur From There And Back Again!

Bienvenue à tous sur From There And Back Again!

Orienté vers les univers du thriller, de la fantasy et de l'horreur, ce blog a pour vocation de vous faire partager nos lectures, et pourquoi pas également, nos coups de coeur et coups de gueules cinématographiques. Mais les autres genres ne sont pas exclus et feront sûrement quelques incursions au gré de nos découvertes littéraires.

Bonne(s) lecture(s)!

Salsifi Papillon & Steff le Stuff