dimanche 5 janvier 2014

Shining, part 2 : Docteur Sleep, de Stephen King

Pfiou, ça faisait des plombes que je n'avais pas ouvert un Stephen King. Le dernier que j'ai osé entamer, c'était l'Histoire de Lisey, à sa sortie. Littéralement mis des mois à en venir à bout, et quelques semaines après, je ne me souvenais déjà plus de l'intrigue. Faut pas chercher, King, je ne l'aimais qu'inspiré (comprendre: fortement imbibé), et depuis son passage aux AA, lui et moi, ça ne passait plus.
Et puis, cette année 2013, le tapage médiatique autour d'Under the Dome a quand même attisé ma curiosité (même si je n'ai pas encore craqué). Le coup de grâce, ça a été la sortie de Docteur Sleep, suite des aventures de Dan Torrance. Alors c'est reparti pour un tour.


Docteur Sleep
Stephen King
Editions Albin Michel

 L'histoire:

 

Danny Torrance est maintenant devenu adulte. Son passage à l'hôtel Overlook ne l'a cependant pas laissé indemne, et son "Don", même s'il n'est plus aussi fort qu'avant, est toujours présent. Dan vivote, de petit boulot en petit boulot, et tente de faire face à ses démons, et surtout à son alcoolisme. Ses errances finissent par l'amener dans le New Hampshire, où il décide de se prendre en main. C'est le début des réunions aux Alcooliques Anonymes, mais c'est aussi le moment de sa rencontre avec Abra Stone, une petite fille qui a elle aussi le "Don". D'étranges liens vont se lier entre eux, et quand Abra va se retrouver en danger, pourchassée par une inquiétante famille, Dan va naturellement se retrouver à protéger tant bien que mal la jeune fille.


"Un jour, tu finis par t’aviser que rien ne sert de cavaler. Où que tu ailles, tu t’emmènes toujours avec toi. "


Mon avis:

 

Alors, qu'est-ce que ça a donné, cette lecture dont je n'attendais rien? Et bien tout d'abord, cette expérience a été plutôt déstabilisante. Parce que de Shining, on retrouve effectivement le protagoniste (Danny) et le "Don" (le fameux "Shining"), mais c'est bien tout. L'ambiance angoissante, oppressante, les morts qui reviennent et apparaissent au coin d'un couloir, tout ça, disparus. King a été malin, et au lieu de tenter le pari risqué du véritable Shining 2, il nous sort du roman d'horreur et nous entraîne dans une histoire fantastique haute en couleurs sur fond de repentance.

Et passée la surprise initiale, ça fonctionne plutôt bien. L'intrigue est prenante et bien ficelée, les personnages travaillés en profondeur. Comme dans un King des bons jours, les rebondissements sont amenés de manière intelligente, et permettent de conserver l'intérêt du lecteur jusqu'au bout.
Au final, les seuls véritables défauts de Docteur Sleep sont ceux que l'on retrouve quasi systématiquement dans l'écriture du King 2.0: un brin trop de manichéisme et une tendance à la sensiblerie et au pathos.


En tout cas, une bonne surprise et une jolie retrouvaille avec cet auteur qui a longtemps monopolisé mes lectures d'ado!





Note: 7/10




Salsifi Papillon

3 commentaires:

  1. Aaah King ! Je suis contente de voir qu'à défaut de nous faire vraiment vibrer comme à l'époque de ses méga bons jours, il arrive de nouveau à captiver son lecteur et à proposer des histoires convaincantes, dont on ressort très satisfaits. Très curieuse de ce Docteur Sleep qui pour l'instant, récolte de plutôt bonnes critiques (sans enthousiasme démesuré non plus) !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, enfin un vrai retour de King! Je compte m'atteler au Dôme aussi (ta chronique a achevé de me convaincre), mais il est pris d'assaut à ma bibli. C'est qu'il doit être bien :)

      Supprimer
    2. Je pense surtout que c'est l'effet de la série TV.^^ Quelques impatients qui veulent avoir le fin mot de l'histoire ou qui veulent comparer (ils vont pas être déçus ceux-là...).

      Supprimer